5 points clés avant l’achat d’un terrain

Le choix d’un terrain à bâtir n’est pas une mince affaire. Futur propriétaire, vous cherchez le terrain de vos rêves ? Voici cinq points à surveiller de près avant de prendre votre décision.

Lotissement ou parcelle isolée ?

Il vous faut tout d’abord choisir entre un terrain isolé ou un terrain situé dans un lotissement. Ce dernier présente un avantage non-négligeable : celui d’obtenir la possibilité de construire rapidement grâce à un terrain déjà viabilisé. En revanche, il vous faudra respecter un cahier des charges relatif à l’urbanisme ainsi qu’une série de règles architecturales.

La parcelle isolée, elle, pourrait vous être vendue sans avoir été viabilisée auparavant. Cela pourrait engendrer des travaux plus ou moins conséquents.

Par contre, vous pourrez ensuite y construire la maison de vos rêves sans être contraint à des règles architecturales précises, ce qui constitue un critère de choix. Pour trouver votre futur terrain à bâtir, vous avez la possibilité de consulter le site internet Les-Terrains.com, qui répertorie et géolocalise gratuitement toutes les annonces de terrains à vendre en individuels et en lotissement partout en France.

    Le sol du terrain

      Une fois votre projet défini et vos recherches bien avancées, il sera primordial d’analyser de près le terrain pour lequel vous aurez eu un coup de cœur. Car beau terrain ne rime pas forcément avec bon terrain.

      Si tous les sols sont potentiellement constructibles, certains sont de bien meilleure qualité que d’autres. Ainsi, vous préférerez les sols composés de pierre, de gravier ou de sable aux sols composés d’argile, de limon ou de remblais. Sachez que les plus résistants sont les sols composés de roche.

      Logiquement, privilégiez les sols plats, si possible de forme simple, sur lesquels il reste toujours plus simple de bâtir. Les terrains en pente sont pour la plupart constructibles mais engendrent d’importants travaux supplémentaires.

        L’orientation du terrain

          Ici, mieux vaut éviter de suffoquer en plein été ou trembler de froid durant l’hiver. Évitez les orientations plein sud ou plein nord. L’idéal : une exposition sud-ouest.

          Attention également aux vents dominants, qui orientent nuisances sonores, pluies ou poussière. Ne perdez pas de vue qu’une maison bien orientée vous fera consommer moins d’énergie, et vous dépenserez à fortiori moins d’argent.

            La végétation proche

              La végétation environnante représente un excellent indicateur afin de savoir si un terrain est plus ou moins humide.

              Si vous constatez la présence d’arbres ou de plantes comme les peupliers, les saules ou les roseaux, vous vous trouvez probablement sur un terrain se situant à proximité d’un cours d’eau, d’une marre ou d’une nappe phréatique importante.

              Dans ce cas, mieux vaut anticiper les choses en faisant analyser votre terrain, dans l’objectif d’éviter d’éventuels tassements ou glissements de terrain.

                L’environnement direct

                  Plusieurs points sont ici à surveiller. Tout d’abord, et même si cela semble couler de source, réfléchissez bien à la situation géographique de votre terrain et donc de votre futur habitat. À quelle distance se situe votre lieu de travail, les commerces ou encore les écoles ?

                  Songez également aux taxe d’habitation et taxe foncière, qui peuvent fortement varier d’une commune à l’autre.

                  Aussi, observez l’environnement direct de votre terrain. Est-il proche d’une voie de chemin de fer, d’une route à haute vitesse, d’un couloir aérien ou encore d’une ferme ou de champs de culture qui pourraient vous gêner ?

                  N’hésitez pas à réaliser une enquête de voisinage, laquelle pourrait vous faire prendre conscience des risques directement liés à votre terrain. Constatent-ils des problèmes d’humidité, de fissuration, ou autre au sein de leur domicile ?

                  Enfin, et c’est important, pensez à prolonger votre enquête auprès de la mairie et/ou de votre vendeur potentiel. Ils pourront vous apporter des informations précieuses au sujet du terrain, du sol, des règles d’assainissement, des risques éventuels, etc. Vous disposez par ailleurs de la possibilité de mandater un bureau pour la réalisation d’une étude géotechnique, en cas de doute sur les caractéristiques du sol.

                  Post author