Bilan énergétique de la France : récapitulatif de l’année écoulée

Chaque année, le ministère de l’Ecologie présente le bilan énergétique de la France afin de comparer les efforts et améliorations obtenues sur l’année. C’est également l’occasion de réaliser une photographie de la situation dans le but d’atteindre les objectifs fixés à l’horizon 2020 en matière d’énergies renouvelables. Zoom sur les résultats obtenus en 2012…

Dans la globalité, il a été relevé que la consommation d’énergie a baissé en moyenne de 0.7% par rapport à 2011. Ces résultats tiennent compte de tous les secteurs confondus. Dans le détail, le premier consommateur reste le secteur du transport qui devance, et de loin, le résidentiel, l’industrie, le tertiaire et l’agriculture.

Quelles sont les différents types d’énergies consommées ?

Dans la consommation d’énergie de ces différents secteurs, ce sont les produits pétroliers qui détiennent toujours la première marche du podium avec 42% de l’énergie consommée.
Les énergies renouvelables quant à elles produisent plus qu’en 2011 et atteignent en 2012 24 Mtep : 7 Mtep pour les énergies renouvelables électriques et 17 pour les énergies renouvelables thermiques et la valorisation des déchets.
La facture énergétique de la France a réalisé un nouveau record avec plus de 68 milliards d’euros dépensés pour ce poste.

Sommes-nous sur la bonne voie pour atteindre les objectifs fixés à l’horizon 2020 ?

Concernant les objectifs fixés, il semblerait que la France soit sur la bonne voie.
En effet, sur le volet de la biomasse (terme désignant l’ensemble des matières organiques, animales et végétales, devenant source d’énergie après combustion, méthanisation ou transformation chimique), le rapport mentionne que « le bilan est très positif ».
Sur le volet du solaire, le parc photovoltaïque français a fait un bond de 37% en 2012. Cependant l’Europe, qui domine le marché, a été en décroissance en 2012. La France reste néanmoins le troisième marché européen et le sixième mondial par rapport au photovoltaïque.

La France, ambitieuse sur ce point, fait donc figure de bonne élève en ce qui concerne les énergies renouvelables notamment aux vues des objectifs Européens fixés pour 2020, même si ceux-ci semblent difficiles à atteindre. Les énergies « vertes » ont le vent en poupe et de nombreuses installations sont prévues sur les années à venir.

Post author