Votre-Habitat.fr

Salon National de l’Immobilier du 11 au 14 avril 2013

Le Salon national de l’Immobilier ouvrira ses portes du 11 au 14 avril prochain et accueillera, comme chaque année, de nombreux professionnels de l ’immobilier.

Le Salon National de l’Immobilier sera une bonne occasion de faire le point sur le placement « pierre », un placement qui reste plébiscité par les épargnants pour ses vertus.

Par temps de crise, c’est non seulement une valeur refuge, mais aussi un actif qui offre des rendement tout à fait corrects au regard des placements financiers et boursiers. Et la performance peut encore être améliorée avec un dispositif fiscal à la clé comme le Duflot, nouveau cadre mis en place par la ministre de l’Egalité des territoires et du Logement. Le Duflot à l’honneur Le dispositif Duflot sera, à n’en pas douter, l’une des grandes vedettes du Salon.

S’il ressemble, dans ses mécanismes, au Scellier et plus encore au Scellier intermédiaire, il est cependant un peu plus contraignant. Pour l’achat d’un logement neuf (ou lourdement réhabilité), il reprend le principe d’une réduction d’impôt. Celle-ci s’établit à 18 % du prix de revient de l’investissement (13 % dans le Scellier Classique).

La réduction est toutefois limitée par deux plafonds, l’un fixé à 5 500 euros le m² de surface habitable, l’autre à 300 000 euros par an d’investissement. Autrement dit, la réduction peut atteindre 54 000 euros maximum étalée sur 9 ans, soit 6 000 euros d’économie d’impôt par an. Les contreparties ne sont pas négligeables.

Tout d’abord, il n’est pas possible d’investir n’importe où. Le dispositif se concentre uniquement sur les zones tendues, en l’occurrence, les zones A bis (Paris et communes chères de la périphérie), A (région parisienne, Côte d’Azur, Genevois français…) et B1(plus de 250 000 habitants). A la différence du Scellier, il n’inclut pas non plus la zone B2. Sauf si l’achat s’effectue avant le 30 juin 2013. Au-delà, les communes de cette zone ne pourront prétendre au dispositif que si elles obtiennent un agrément. Parmi les contraintes, il faut également noter des plafonds de loyers et de ressources des locataires.

Pour ce qui concerne les plafonds de loyer, ceux-ci sont limités à 16,52 euros en zone A bis, 12,27 euros en zone A, 9,88 euros en zone B1 et 8,59 euros en zone B2. Mais une pondération est prévue en fonction de la superficie du logement qui permet une dégressivité du loyer en fonction de la taille du logement. Ce dernier, doit, en outre, respecter un niveau de performance énergétique, en l’occurrence la RT 2012 pour du neuf acquis à compter de 2013.

Quatre jours pour tout savoir sur le Duflot Le dispositif étant plus complexe que le Scellier, en apprécier pleinement les qualités nécessite les conseils de spécialistes. Comment, en effet, choisir le meilleur emplacement ? Comment s’assurer de la valorisation de son bien ? Sur quels critères évaluer le marché locatif du secteur ? Quel rendement peut-on attendre d’un investissement en Duflot ?

Quoi de mieux que le Salon National de l’Immobilier pour appréhender toutes les facettes du nouveau dispositif ? Sur place, les visiteurs trouveront des interlocuteurs éclairés (promoteurs, banquiers, notaires, gestionnaires de patrimoine…) mais pourront également participer à des conférences-débats sur la question. Une bonne façon de faire le tour de ce nouveau dispositif et d’investir en toute sécurité. Alors rendez-vous au Salon.