Cour des comptes : signal d’alarme sur les subventions des énergies renouvelables

Le 25 juillet dernier, la Cour des Comptes a présenté son bilan sur le « La politique de développement des énergies renouvelables ». Malgré la défaillance de l’Etat en matière d’objectifs à atteindre, la Cour des Comptes garde une position objective vis-à-vis de la filière renouvelable. Elle appelle plutôt à une meilleure gestion des subventions dans le domaine.

En tout, la Cour des comptes reste en faveur des politiques favorables aux énergies renouvelables à condition que les actions mises en place soient rentables. Autrement dit, le soutien de la filière ne doit pas avoir un impact négatif sur l’économie française. C’est la conclusion après une semaine de débats sur la transition énergétique en France.

France : renouvelable vs. nucléaire

Dans le secteur du chauffage français, on peut distinguer la présence d’une filière nucléaire et d’une filière renouvelable. Tandis que les adeptes du nucléaire misent sur les avanta, l’autre partie va devoir travailler plus au niveau de la rentabilité des énergies renouvelables.

Les critiques de la filière renouvelable

Selon le rapport sur « La politique de développement des énergies renouvelables » de la Cour des comptes, le Gouvernement français a été critiqué pour avoir fixé des objectifs à horizon 2020 trop ambitieux et qui nécessitent un investissement très important. Pour rappel, les autres pays de l’Union Européenne s’étaient fixé des objectifs plus équilibrés, afin de promouvoir les énergies nouvelles tout en préservant leur compétitivité énergétique.

Dans le secteur des énergies renouvelables en France, les critiques portent sur plusieurs aspects. Tout d’abord, les objectifs de production fixés pour 2020 ont enregistré des retards ces deux dernières années. Les coûts de production d’énergie renouvelable sont élevés et dépendants du soutien financier de l’Etat. Ainsi, pour assurer la réussite des projets, l’Etat devra mettre en place différentes mesures, telles que les incitations fiscales et les aides à l’investissement. En échange, les objectifs de création d’emplois dans le secteur n’ont pas été atteints selon les estimations initiales.

Ensuite, nombreux projets de la filière se sont révélés incompatibles avec les règles d’urbanisme et ont généré des problèmes de contentieux. Et dans un dernier temps, les projets portant sur la cogénération et sur la production d’énergie éolienne ont posé des problèmes et s’avèrent risqués.

L’avenir des énergies renouvelables

Malgré toutes les critiques apportées vis-à-vis de la production d’énergie renouvelable en France et de son financement, la Cour des comptes garde une position neutre. Elle n’est pas contre le développement de ce secteur, mais appelle à une meilleure gestion des projets et notamment des soutiens financiers. Elle invite les acteurs de la filière à piloter leurs projets d’une manière plus cohérente.

Post author